Search This Blog

Translate

Facebook

Tuesday, 17 April 2018

31 : Oran et ses expressions culturelles

Épisode 31 

Oran et ses expressions culturelles

Dans ce PodcastPr. Hadj Miliani s’entretient avec Dr. Karim Ouaras sur la ville d’Oran et ses expressions culturelles à l’ère contemporaine. Le numéro 31 que prend cet épisode renvoie au code de la wilaya d’Oran et le choix de le consacrer à cette ville n’est pas anodin. Il nous a paru judicieux de nous pencher ici sur le champ culturel oranais et de solliciter Pr. Hadj Miliani pour en parler. Ce podcast se veut donc un aperçu chargé de renseignements et de détails précieux sur l’histoire de la ville d’Oran, ses populations, ses cultures et ses lieux de sociabilité.   

Pr. Hadj Miliani est professeur de littérature à l'Université de Mostaganem,  chercheur associé au Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC) à Oran, membre du conseil scientifique du CEMAfondateur et animateur du Ciné-Pop d'Oran (1973-1987), membre du collectif de la revue Voix-Multiples (1981-1989), Commissaire du Festival du Raï (2006-2007), responsable du pôle Ouest de l'École Doctorale Algéro-Française de Français (2004-2012), et responsable de la partie algérienne du réseau Langue Française et Expressions Francophones 2017.

Pr. Hadj Miliani travaille notamment sur le champ littéraire algérien et ses diverses expressions. Parmi ses centres d’intérêt, l’on peut citer sans être exhaustif : littératures et sociétés en Algérie et au Maghreb ; littératures orales et expressions populaires ; anthropologie des pratiques culturelles, culturalité et interculturalités ; théories théâtrales et théorie de la littérature, analyse du discours médiatique, et édition et lecture en Algérie. Ces différentes thématiques sont au centre de sa réflexion et production scientifiques.




Téléchargez le Podcast:  Feed / iTunes / Podbean

Musique et paroles : Bakhta, une chanson inspirée de la poésie du maître du Melhun, Abdelkader El Khaldi, interprétée par Cheb Khaled.

Wednesday, 4 April 2018

La carte archéologique de la région de Sétif

Épisode 30

La carte archéologique de la région de Sétif

Dans ce podcast, Pr. Youcef Aibeche, professeur d'histoire antique à l'Université de Sétif 2, explique à travers quelques exemples de l’arrière- pays de Cuicul et de Sitifis, que l’élaboration d’une carte archéologique exige une large collecte des données archéologiques, historiques et géographiques et leur intégration dans une approche spatiale, afin de saisir différents aspects de l’occupation du sol. L’aspect rural de la région Sétifienne, lui donne une importance particulière, non seulement à travers ces vestiges archéologiques, mais en fonction de ses Gens et agglomérations, et aux rapports qu’elles auraient entretenus en matière de production et de commerce durant l’Antiquité.

Par ailleurs, les limites de la documentation historique nous oblige à entrevoir une approche spatiale et cartographique, et tenter de reconsidérer cette région dans sa continuité historique. Le choix de l’approche cartographique n’est pas une fin en soi, Pr. Aibeche explique : Il répond à un souci d’introduire le territoire comme un élément de réflexion, et de chercher les explications dans les caractères physiques du milieu dans lequel l’occupation humaine s’est effectuée. Toutefois, la mise en place d’un SIG, s’avère une aventure qui soulève plusieurs difficultés à caractère historique, archéologique et logistique:

  • Délimiter le champ du travail et faire les choix thématiques nécessaires, s’agit-il de présenter la wilaya de Sétif ? la Maurétanie Sitifienne ? ou une région plus vaste, afin de se donner la possibilité d’une analyse plus large.
  • Définir le cadrage chronologique. S’agit-il de dresser une carte de l’antiquité et omettre les sites préhistoriques, ou même médiévaux ?
  • Identifier un point archéologique, en absence de textes épigraphiques, ou de document historique. Le ramassage de surface, notamment de la céramique ne peut éclairer qu'une partie de son occupation. 
  • Etablir un état de conservation de nos sites : L’expansion rapide de l’urbanisation des villes et campagnes, devient le facteur principal de la disparition des vestiges et sites archéologiques. Le rythme de l’urbanisation et l’absence d’une politique de suivi minutieux, font perdre à notre pays de grandes quantités d’informations qui peuvent alimenter le débat historique.

Pr. Aibeche est professeur d’histoire antique à l’Université de Sétif 2 et Vice-recteur de la post-graduation et de la recherche. Spécialiste de l’Antiquité tardive, il consacre ses recherches à la transition de l’Antiquité au Moyen-âge au Maghreb. Responsable de la carte archéologique de la région sétifienne qui englobe l’ancienne Maurétanie sétifienne, le Hodna et la partie ouest de la Numidie, il est également co-directeur du Programme de recherche archéologique de Lambèse (Ministère de la culture algérien, CNRS-ENS) depuis 2014 et chercheur associé au Centre National de Recherche en Archéologie (CNRA). Il dirige aussi le projet de recherche du site antique de Milev et collabore à différentes fouilles notamment celle du site préhistorique de Ain el Hennech, Sétif.

La conférence de Pr. Youcef Aibeche est programmée dans le cadre du cycles de conférences «Histoire du Maghreb / Histoire au Maghreb», organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 30 janvier 2018 à Oran, Algérie. Dr. Saddek Benkada, historien, maître de recherche au Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC), et membre du Conseil Scientifique du CEMA a modéré cet évènement.


Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

Nous remercions Dr. Jonathan Glasser, anthropologue culturel au College of William & Mary, pour son istikhbar in sika à l'alto pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Wednesday, 28 March 2018

Interview with Max Ajl

Episode 29

Interview with Max Ajl:
The Social Origins of Development and Underdevelopment
in Tunisia

Max Ajl is a doctoral student in the Department of Development Sociology at Cornell University, and will graduate in late Spring 2018. His work focuses on and contributes to the study of historical sociology, environmental justice, agrarian change, planning, and heterodox Arab / North African social thought. His research is focused on the MENA region, with a particular focus on Tunisia. His work has been published widely, including in Historical MaterialismReview of African Political Economy, Middle East Report, and popular publications like teleSUR. He is an editor at Jadaliyya and Viewpoint.

In this podcast, CEMAT Director, Dr. Laryssa Chomiak, interviews Max Ajl on his dissertation research. His dissertation analyses the social origins of development and underdevelopment in Tunisia by analyzing both the liberation struggle and post-colonial planning using a global history approach. It looks at planning as pivot in order to understand the various local, regional, and national forces at play which led to Tunisia's current state of underdevelopment. It focuses on the agricultural sector and analyses successive development plans from the perspective of the rural world.

This podcast is part of the Contemporary Through Series, and was recorded at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT), on 6 March 2018, in Tunis, Tunisia.



Download the Podcast:  Feed iTunes / Podbean

We thank the duo Ÿuma for use of their song, "Hleli," from their album Ghbar Njoum for the introduction and conclusion of this podcast.


Wednesday, 21 March 2018

Sub-Saharan Migrant Networks in Tangier

Episode 28

Sub-Saharan Migrant Networks in Tangier


In this episode, Fulbright scholar Sam Metz (University of California Berkeley), speaks with John Davison, Director of the Tangier American Legation Institute for Moroccan Studies (TALIM) to share some of the findings of his current research, "Spreading Awareness or Stealing Stories? How sub-Saharan Migrant Networks in Tangier Perceive and Act Toward Outsiders." Having spent the final months of his fellowship in the peripheral Tangier neighborhood of Masnana, living with migrant communities, Sam offers unique insights into this timely and important theme. 

Sam Metz is a reporter currently based in California who spent a year and a half in Morocco as a Fulbright Scholar, researching sub-Saharan migrant communities living on the outskirts of Tangier. He has reported freelance for outlets like JadaliyyaQuartz, and VICE News, and worked as a consultant for International Organization for Migration, the UN's migration agency.

This Podcast was recorded at the Tangier American Legation for Moroccan Studies on the 15th of December 2017.



Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

Wednesday, 14 March 2018

Rencontre littéraire avec Amina Mekahli: Nomade brûlant, un roman

Episode 27

Nomade brûlant, un roman





Rencontre littéraire autour du dernier roman d'Amina Mekahli, Nomade brûlant, animée par l'écrivaine Maïssa Bey.

Cette rencontre est programmé dans le cadre du Cycle des conférences Arts et Lettres au Maghreb, organisé le 13 février 2018 au Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA), à Oran.






L'Auteure


Passionnée par la littérature, Amina Mekahli a écrit de la poésie depuis son jeune âge. Son premier recueil de poésie, Tiaret, Chevaux & Légendes, a été co-signé avec le photographe Nacer Ouadahi en 2015 (Alger: ANEP). La collection comprend une soixantaine de poèmes et cinq contes populaires sur les chevaux de la région de Tiaret, très connue pour ses traditions équestres. En 2016, elle publie son premier roman, Le Secret de laGirelle, œuvre consacrée à l'art et à la peinture (Alger: ANEP), nominée pour le Grand Prix Assia Djebar du roman, cette année-là. Son deuxième roman, Nomade Brûlant, sorti en automne 2017 (Alger: ANEP), a été également nominé pour le Grand Prix Assia Djebar du roman. En 2017, elle a été primée à du deuxième Prix International de Poésie L. S. Senghor (Milan, Italie) pour le poème « Je suis de vous », extrait de son roman Nomade Brûlant. Amina Mekahli publie régulièrement ses poèmes et ses écrits sur son website ainsi que la page Lisez Algerien. sur Facebook. Elle édite également une section littéraire, "Invitation en Auteur" dans le journal numérique, Le Journal  de l’Oranais.


La Modératrice


Auteur de seize textes littéraires, dont la prose, la poésie et le théâtre, Maïssa Bey est une écrivaine algérienne de renommée internationale. Son premier roman, Nouvelles d’Algérie (Paris: Éditions Grasset), a remporté le Grand Prix de littérature de la Société des gens de lettres, en 1998. Son deuxième roman, Cette fille-là (Paris: Éditions de l'Aube), a reçu le Prix Marguerite Audoux, en 2001. D’autres prix lui ont été décernés : le Prix Cybèle pour Surtout ne te retourne pas (Alger: Barzakh), en 2005, le Grand Prix du roman francophone 2008 pour Pierre, Sang, Papier ou Cendre (Alger: Barzakh), en 2008 et le Prix de l'Afrique, Méditerranée / Maghreb pour Puisque mon coeur est mort (Éditions de l'Aube). Son dernier roman, Hiyza (Alger: Barzakh) a été nominé pour le Grand Prix Assia Djebbar du roman, en 2015, et a reçu le Prix Ahmed Baba en 2017.



Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

Nous remercions Dr. Tamara Turner, Ethnomusicologue et chercheure à Max Planck Institute for Human Development, Center for the History of Emotions pour son interprétation de Sidna Boulal du répertoire Hausa du Diwan (Hausa Sug).

Wednesday, 7 March 2018

Être femme dans l'Afrique du Nord ancienne

Episode 26

Être femme dans l'Afrique du Nord ancienne


Pr. Nacéra Benseddik examine, dans ce podcast, la place et le rôle des femmes dans l'Afrique du Nord ancienne. Des bribes sont réservées aux femmes berbères par les auteurs grecs et latins qui, à partir du Ve siècle av. J.-C., mentionnent les peuples de l'Afrique du Nord. De quels outils dispose l'historien pour suivre l'évolution des Africaines à l'époque romaine ? Cris ou chuchotements dans des textes littéraires ou juridiques, tous écrits par des hommes, d'innombrables mais partiales et fragmentaires inscriptions latines, images endormies dans le sol africain.

Pr. Nacéra Benseddik est historienne de l'Afrique du Nord antique, épigraphiste, et archéologue, Docteur de IIIe cycle en Histoire ancienne et épigraphie latine (Université de Paris X-Nanterre, 1977) et Docteur d'État (Université de Paris IV-Sorbonne, 1995). Elle prépare, dans le cadre du Centre de Recherches en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC), une monographe historique et archéologique d'Icosim-Icosium (Alger).

La conférence de Pr. Nacéra Benseddik est programmée dans le cadre du cycles de conférences «Histoire du Maghreb / Histoire au Maghreb», organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 23 janvier 2018 à Oran, Algérie. Dr. Karim Ouaras, Sociolinguiste à l'Université de Mostaganem, chercheur associé au CRASC, et Directeur-Adjoint du CEMA a modéré cet évènement.



Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

Nous remercions notre ami Mohammed Boukhoudmi pour son interpretation de l'extrait de nouba, "Dziriya," par Dr. Noureddine Saoudi pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Monday, 26 February 2018

Trade Unions, Armed Resistance, and the Struggle for Independence in Tunisia: Unlikely Alliances and Contested Nationalism in the Gafsa Mining Basin, 1947-1963

Episode 25

Trade Unions, Armed Resistance, and the Struggle for Independence in Tunisia: Unlikely Alliances and Contested Nationalism in the Gafsa Mining Basin, 1947-1963

In this podcast, Rebecca Gruskin, Ph.D. Candidate in History at Stanford University, proposes a re-evaluation of the Tunisian nationalist movement in the 1940s-1950s, by decentering Tunis, and instead focusing on the alliances and contestations that undergirded anti-colonial resistance in the Gafsa phosphate-mining basin. She argues that Tunisia's independence from France was not an event but a process – one in which the construction of the nation and the meaning of sovereignty were hotly contested by a wide variety of actors throughout the 1950s, even (and especially after) formal independence was achieved on March 20, 1956. These contestations were especially visible in Gafsa because of the ways in which French economic and security imperatives intersected in this particular location. During this podcast, Gruskin tells the story of organized labor's collaboration in Gafsa with the armed resistance to French colonial rule in both Tunisia and Algeria. Specifically, she shows how local actors in Gafsa were not bound within the confines of Tunisia's borders but were instead situated within the context of transnational, Afro-Asian anti-colonial movements more broadly. She also explores how local actors in Gafsa imagined alternate possibilities for post-independence Tunisia, possibilities that played a decisive role in the 1950s even as it became clear, by the early 1960s, that they would not materialize. Gruskin’s research is based on extensive archival research in both Tunisia and France and on oral historical interviews.

The lecture was presented at the Gafsa in Past and Present Symposium, organized at the Centre d’Études Maghrébines à Tunis (CEMAT), in Tunis, Tunisia, on 23 October 2017.




Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

We thank Bendir Man for use of his song, 'Redeyef.' 

Wednesday, 21 February 2018

Akfadou, un an avec le Colonel Amirouche

Episode 24


En hommage à feu Hamou Amirouche, décédé le 12 février 2018, 
à San Diego, USA

Le Colonel Amirouche raconté par son secrétaire particulier, 1957-1958


M. Hamou Amirouche (1937-2018), secrétaire particulier du Colonel Amirouche Aït Hamouda entre 1957-1958, auteur du best-seller Akfadou, un an avec le Colonel Amirouche (Alger: Casbah Editions, 2013) et de Memoirs of a Mujahed, Algeria’s Struggle for Freedom, 1945-1962 (San Diego: Amirouche Publishing, 2014), revient dans ce Podcast sur son itinéraire de combattant de l’ALN dans les maquis de la wilaya III, sous le commandement du Colonel Amirouche Aït Hamouda (1926-1959). Il relate également avec beaucoup d’émotion quelques épisodes marquants de la guerre de libération nationale (1954-1962).

Hamou Amirouche est né à Tazmalt (Béjaia) en 1937. Après le Certificat d'Etudes primaires et trois années de labeur dans la forge de son père, il fut admis au Centre d'Apprentissage de Béjaia où il fut l'un des organisateurs de la grève des étudiants de mai 1956. Il rejoignit les maquis quelques mois après et devint le secrétaire particulier du Colonel Amirouche Aït Hamouda en 1957-1958. En mars 1958, il fut désigné par le Colonel pour faire partie d'une mission qui achemina le courrier et les fonds vers la Tunisie.

À Tunis, il fut nommé responsable du foyer des étudiants créé par Si Amirouche en 1957, mais sur ordre du Colonel, il reprit ses études, décrocha son baccalauréat et fut envoyé aux États-Unis où il obtint une licence en économie politique à l'Université de Wesleyan et un DEA en sociologie politique à l'Université du Colorado. En 1967, il entama sa carrière professionnelle au Ministère de l'Industrie et de l'Énergie. Après vingt ans dans le secteur public industriel, il prit sa retraite en 1987. En 1988-1989, il fut appelé à l'Institut d'études de stratégie globale (INESG) et participa à quelques-uns de ses travaux. En 1994, il rejoignit sa famille installée aux États-Unis et entama une nouvelle carrière de chercheur, de conférencier à Boston, puis d’enseignant universitaire à Mesa College, California State University (San Marcos) et University of California (San Diego). Hamou Amirouche est l’auteur de plusieurs publications académiques en français et en anglais, certaines accessibles sur http://hagereseb.com/hamouamirouche.com/

(Biographie tirée de la 4ème de couverture : Hamou Amirouche, Akfadou, un an avec le Colonel Amirouche, Éditions Casbah, Alger.)

La conférence de M. Hamou Amirouche est programmée dans le cadre du cycle des conférences « Témoignages sur la Guerre de Libération Nationale », co-organisée par le Centre d’Études Maghrébines en Algérie (CEMA) et le Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC). Elle a eu lieu le dimanche 26 avril 2015 au siege du CRASC, Oran. Dr. Saddek Benkada, chercheur permanent au CRASC a modéré le débat.


Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

Musique et paroles: Lewjab n wassan est une chanson patriotique composée et interprétée par Cheikh Allaoua Zerrouki (1915-1968) en 1959, en hommage à la figure historique de la Guerre de libération Nationale (1954-1962), le Colonel Amirouche Aït Hamouda (1926-1959). (L'une des chansons préférées de Hamou Amirouche).

Tuesday, 13 February 2018

Rencontre littéraire avec Kamel Daoud: Zabor ou Les psaumes, un roman

Episode 23
Zabor ou Les psaumes, un roman


Rencontre littéraire autour du dernier roman de Kamel Daoud, Zabor ou Les psaumes, animée par Dr. Karim Ouaras, sociolinguiste, Université de Mostaganem, CEMA, CRASC, et Adnan Hadj Mouri, journaliste et animateur culturel

Cette rencontre est programmé dans le cadre du Cycle des conférences Arts et Lettres au Maghreb, organisé le 17 janvier 2018 au Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA), à Oran.






L'Auteur


Kamel Daoud est journaliste, chroniqueur et écrivain depuis les années 1990 en Algérie, Rédacteur en chef de l’un des plus importants journaux francophones algériens, Le Quotidien d’Oran. Il a été aussi signataire de la rubrique « Raïna Raïkoum », l’une des plus lues en Algérie. Il est par ailleurs chroniqueur dans le magazine Le Point , l’un des principaux hebdomadaires en France et signe des colonnes dans le New York Times. Deux chroniques seront particulièrement surmédiatisées, « Cologne, lieu de fantasmes », publiée dans Le Monde, traitant du désir et de la sexualité dans le monde arabe et l’autre, sous le titre « L’Arabie Saoudite, un Daech qui a réussi » publiée dans le New York Times. Kamel Daoud est aussi lauréat du Prix Jean-Luc Lagardère du journaliste de l’année en 2016.

Sa carrière littéraire commence avec la publication de quelques récits dans le début des années 2000 et un premier recueil de nouvelles, La préface du Nègre (Edition Barzakh), qui a reçu le Prix littéraire Mohammed Dib, le plus prestigieux prix littéraire algérien en 2008 et a été nominé pour le Prix Goncourt de la Nouvelle en France une année plus tard et le Prix Wepler. Le recueil sera traduit en plusieurs langues.

La consécration viendra avec le roman Meursault contre-enquête, publié d’abord en Algérie chez les Editions Barzakh, puis en France avec Actes Sud. Le roman sera traduit en 34 langues et recevra le Prix du Goncourt du Premier Roman, le Prix des cinq continents de la Francophonie, le Prix François Mauriac, entre autres. Le roman sera adapté au théâtre en France et en Allemagne et va être adapté au cinéma l’année prochaine. En 2017, Kamel Daoud signe Mes indépendances, un recueil de chroniques, une sélection sur dix ans d’activité, qui sera récompensé par le 16ème Prix Livre et Droits de l’Homme de la Ville de Nancy, en France; et un roman Zabor ou Les psaumes, qui reçoit le Prix Littéraire Transfuge du meilleur roman en langue française (2017), et le Prix Méditerranée 2018. Le roman est en passe d’être traduit dans plus d’une dizaine de langues. 

Les modérateurs



Adnan Hadj Mouri est journaliste (contribuer au Carrefour d’Algérie et Ubber Mag), animateur culturel, membre de l’Association de Acte Psychanalytique de Bruxelles.









Dr. Karim Ouaras, enseignant-chercheur à l'Université de Mostaganem, chercheur associé au Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC), et Directeur-adjoint du  Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA).










Note: Les questions de la salle sont lues par Hayet Lansari, bibliothécaire du CEMA, parce que la voix des intervenants est inaudible.



Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean


Nous remercions Mr. Souheib Zallazi, (Étudient au CFT, Tunisie) et Mr. Malek Saadani (Étudient à l'ULT, Tunisie), pour leur interprétation de « al-Ardh Ardhi » de Sabri Mesbah, pour l'introduction et la conclusion de ce podcast. Souheib au mélodica et Malek à la guitare.

Tuesday, 6 February 2018

Rencontre littéraire avec Maïssa Bey: Hizya, un roman

Episode 22
Hizya, un roman







Rencontre littéraire du dernier roman de Maïssa Bey, Hizya, animée par l'écrivaine Amina Mekahli.

Cette rencontre est programmé dans le cadre du Cycle des conférences Arts et Lettres au Maghreb, organisé le 20 décembre 2017 au Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA), à Oran.









L'Auteure


Auteur de seize textes littéraires, dont la prose, la poésie et le théâtre, Maïssa Bey est une écrivaine algérienne de renommée internationale. Son premier roman, Nouvelles d’Algérie (Paris: Éditions Grasset), a remporté le Grand Prix de littérature de la Société des gens de lettres, en 1998. Son deuxième roman, Cette fille-là (Paris: Éditions de l'Aube), a reçu le Prix Marguerite Audoux, en 2001. D’autres prix lui ont été décernés : le Prix Cybèle pour Surtout ne te retourne pas (Alger: Barzakh), en 2005, le Grand Prix du roman francophone 2008 pour Pierre, Sang, Papier ou Cendre (Alger: Barzakh), en 2008 et le Prix de l'Afrique, Méditerranée / Maghreb pour Puisque mon coeur est mort (Éditions de l'Aube). Son dernier roman, Hiyza (Alger: Barzakh) a été nominé pour le Grand Prix Assia Djebbar du roman, en 2015.



La Modératrice

Passionnée par la littérature, Amina Mekahli a écrit de la poésie depuis son jeune âge. Son premier recueil de poésie, Tiaret, Chevaux & Légendes, a été co-signé avec le photographe Nacer Ouadahi en 2015 (Alger: ANEP). La collection comprend une soixantaine de poèmes et cinq contes populaires sur les chevaux de la région de Tiaret, très connue pour ses traditions équestres. En 2016, elle publie son premier roman, Le Secret de laGirelle, œuvre consacrée à l'art et à la peinture (Alger: ANEP), nominée pour le Grand Prix Assia Djebar du roman, cette année-là. Son deuxième roman, Nomade Brûlant, sorti en automne 2017 (Alger: ANEP), a été également nominé pour le Grand Prix Assia Djebar du roman. En 2017, elle a été primée à du deuxième Prix International de Poésie L. S. Senghor (Milan, Italie) pour le poème « Je suis de vous », extrait de son roman Nomade Brûlant. Amina Mekahli publie régulièrement ses poèmes et ses écrits sur son website ainsi que la page Lisez Algerien sur Facebook. Elle édite également une section littéraire, "Invitation en Auteur" dans le journal numérique, Le Journal  de l’Oranais.

Maïssa Bey intervient dans ce podcast à la minute 54:38

Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean



Nous remercions infiniment Mohammed Boukhoudmi d'avoir interprété un morceau musical de Elli Mektoub Mektoub, pour les besoins de ce podcast. 

All Podcasts