Search This Blog

Translate

Facebook

Wednesday, 10 June 2020

Medieval Ifriqiya & the Emergence of the Hafsid Dynasty

Episode 95

Medieval Ifriqiya and the Emergence of the Hafsid Dynasty


In this podcast, Samantha Cloud, PhD candidate in the Department of History at Saint Louis University,  discusses her work on medieval Ifriqiya and the emergence of the Hafsid dynasty. The Hafsid dynasty ruled Medieval Ifriqiya (roughly the territory of modern-day Tunisia, Eastern Algeria, and parts of Libya) from the 13th through the 16th century. The self-proclaimed inheritors of the Almohad empire, the Hafsids were the first rulers of Berber-descent to reign over the newly independent kingdom of Tunis, wholly untethered from foreign domination. The success of the Hafsids owed largely to the prowess of its first two sovereigns, Abu Zakariya Yahya and Abu ‘Abd Allah Muhammad al-Mustansir, whom possessed respectively a keen understanding of Maghrebi tribal politics and the politics of prestige. 

This podcast provides an overview of the history of medieval Ifriqiya to highlight the significance of this dynasty in a region whose past is haunted by foreign rule and occupation. Addressing the impact of colonialism in the region’s history and historiography, it seeks to reframe the history of the Maghrib from its peripheral position in Western and Islamic studies to a central focus. Also, in focus is the historical agency of Berber peoples – or rather the Amazigh – with the medieval period especially and Hafsid dynasty in particular providing great example of this.    

Samantha Cloud is writing a dissertation on “A Mediterranean King in the Age of Crusade: Interreligious Diplomacy between Charles of Anjou and Mohamed Al-Mustansir of Tunis.”

This podcast is part of the «History of the Maghrib, History in the Maghrib» series and was recorded on November 18, 2019, at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT).


Download the Podcast:  Feed iTunes / Podbean

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

Tuesday, 19 May 2020

The “Student Question” in Tunisia: Between the Attraction of Leftism and the Steamroll of Authoritarian Paternalism (1963-1979)

Episode 94

The “Student Question” in Tunisia: Between the Attraction of Leftism and the Steamroll of Authoritarian Paternalism (1963-1979)


In this podcast, Dr. Idriss Jebari discusses the student question’s emergence in the context of the Parisian radical sixties and the importance of Maoist insights. Jebari examines the way Perspectives seized on the “student question” in its journal in relation to the state’s reforms in the education sector and its discourse on youth faced with contestation. Jebari explores how the repressive events of 1968 and 1973 were highly revealing of Bourguiba’s thinking on Tunisian youth and how Perspectives countered it by promoting students to leadership positions. This podcast ends by depicting the atmosphere in the wing of the Tunisian prison where both generations were simultaneously held in the 1970s, as described in certain memoirs, as yet another reason to speak of many iterations of Tunisian leftism in the postcolonial era, and as an entry point to start compiling a growing archive to shed light on this occulted episode of the country’s history and work toward national reconciliation.

Dr. Jebari is Al Maktoum Assistant Professor in Middle East Studies at Trinity College Dublin. His work investigates the distinctiveness of the Maghribi critique of modernity in contemporary Arab intellectual and cultural history. He completed a doctorate on the history of the production of critical thought in Morocco and Tunisia at the University of Oxford on the intellectual projects of Moroccan thinker Abdallah Laroui and Tunisian thinker Hichem Djaït. He then held an ACSS postdoctoral fellowship at the American University of Beirut to study the dynamics of intellectual and cultural exchanges between the Maghrib and the Mashriq after 1967. He has published on the intellectual projects of several North African intellectual figures such as Abdelkebir Khatibi, Mohamed Abed al-Jabri and Malek Bennabi, and how the younger generations remember this intellectual heritage of the Arab Left. He is currently working on his first book manuscript that will address the critical societal debates that shaped North Africa’s path toward modernity in the sixties and seventies.

This podcast is part of the Contemporary Thought series and was recorded on July 22, 2019 at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT).


Download the Podcast:  Feed iTunes / Podbean

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

Saturday, 9 May 2020

The Transmission and Effectivity of the Ma’luf Tradition, an Andalusian Music within Tunisia and Libya

Episode 93

The Transmission and Effectivity of the Ma’luf Tradition, an Andalusian Music within Tunisia and Libya



In this podcast, Jared Holton discusses the transmission and effectivity of ma'luf, an Andalusian musical tradition of North Africa. Holton’s research project explores the historical and ethnographic circulations of Tunisian and Libyan ma'luf primarily through the tubu', which are recognized as stabilized structures of sound and identity. Jared has completed extensive fieldwork in Tripoli, Libya and Sfax, Tunisia. Other research interests include the connections between music, religion, and soundscapes; globalization and musical practices; and music pedagogy.

Jared Holton is a doctoral candidate and Chancellor's Fellow in Ethnomusicology with an interdisciplinary emphasis in Global Studies at the University of California in Santa Barbara (UCSB). He has undergraduate and graduate degrees in piano performance, intercultural studies, and music education, with over seven years experience teaching private and classroom-based music curricula. On the stage, his performances range from solo piano concerts, collaborative work in the Western Classical repertoire, and most recently as oud and vocal performer with the Middle East Ensemble at UCSB. 

This interview was led by CEMAT Associate Director, Dr. Meriem Guetat, and was recorded on July 26, 2019, at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT).


Download the Podcast:  Feed iTunes / Podbean


We thank Jared Holton for his ma'luf oud performance for the introduction and conclusion of this podcast.

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

Wednesday, 29 April 2020

The Buffalo Agency: Maghribi Ibadis in Cairo, 1850-1950

Episode 92

The Buffalo Agency: Maghribi Ibadis in Cairo, 1850-1950 



In this interview, Paul Love discusses the early stages of his new book project on the history of Ibadi Muslims from the Maghrib who lived, worked, and studied in Ottoman Cairo. Tentatively titled The Buffalo Agency: Ibadi Muslims in Ottoman Cairo, the book follows the history of a trade agency, school, and library known as the ‘Buffalo Agency’ (Wikalat al-jamus), operated by Ibadis for nearly four centuries in the Tulun district of CairoFrom its founding in the 17th to century to its closure in the 20th, the Agency served as a waystation for students, scholars, and merchants on their journeys through Cairo. During that same period, it also became a school and library for Ibadi students and scholars connected to the famous al-Azhar mosque, some of whom stayed in Egypt for decades. By exploring the lives of Ibadi Muslims as they moved through the world of sharʿiah courts, made use of waqf to endow properties and books, and studied alongside and did business with their Sunni coreligionists, The Buffalo Agency shows the way in which Ibadis belonged fully to the Ottoman world. At the same time, the book shows how Ibadis in Cairo maintained connections with their coreligionists in North Africa, East Africa, and the Arabian Peninsula. 

The interview focuses on the early chapters of the book, including those based on research in the Tunisian National Archives during summer 2019. Paul spent part of the summer on an AIMS grant, which allowed him time to examine the correspondence of one of the most prominent Ibadis of the Ottoman Empire: Saʿid b. Qasim al-Shammakhi, who served as both the director of the Buffalo Agency and the representative of the Tunisian Bey in Egypt during the mid-19th century.

Paul Love earned his PhD in Near Eastern Studies from the University of Michigan (2016). He is currently Assistant Professor of North African, Middle Eastern, and Islamic History at Al Akhawayn University in Ifrane, Morocco. His research focuses on the history of Ibadi Muslim communities in northern Africa, the Arabic manuscript traditions of the Maghrib, and colonial knowledge production in North Africa and the Sahara. His first book, Ibadi Muslims of North Africa (Cambridge University Press, 2018), traced the history of the formation of an Ibadi Muslim tradition in the Maghrib from the 11th-16th centuries. His recent publications have appeared in the Journal of African Historythe Journal of Islamic Manuscriptsand Etudes et Documents Berbères.

This interview was led by CEMAT Director, Dr. Laryssa Chomiak, and was recorded on July 19, 2019, at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT).



Download the Podcast: Feed iTunes / Podbean

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

Wednesday, 22 April 2020

L’anthropologie des pratiques langagières dans le contexte maghrébin

Episode 91

L’anthropologie des pratiques langagières dans le contexte maghrébin


L'anthropologie linguistique se donne pour objectif d’examiner, dans une perspective comparative, comment la langue façonne la vie sociale, la culture, l'identité et l'appartenance à un groupe social, et comment elle met en place des idéologies et des croyances culturelles dans la vie sociale. Langues, cultures et sociétés sont inextricablement liées. Les interroger suppose une approche interdisciplinaire mêlant anthropologie, linguistique, histoire, ethnographie, ethnologie, géographie sociale, sémiotique, analyse du discours et bien d’autres disciplines.

Se démarquant du structuralisme des années 1950-1960, l’anthropologie linguistique, l’ethnographie de la communication et plus tard l’ethnolinguistique et l’analyse du discours s’affirment comme courants émergents appréhendant la langue comme une pratique sociale. L’appareillage conceptuel de cette nouvelle approche du fait langagier s’articulant autour des travaux de Goffman, Hymes, Gumperz, Duranti, Clame-Griaule, Searle, Pêcheux, Austin, Malinowski et bien autres, a permis d’interroger autrement les rapports entre langues et sociétés. 

L’approche anthropologique, surtout pour le cas du Maghreb, est porteuse de perspectives scientifiques prometteuses à plus d’un titre, invitant à reconsidérer les pratiques de recherche aussi bien théoriques qu’empiriques. 

Pratiques discursives, humour et créativité dans les espaces numériques : 
Cas des tweets algériens 

présenté par Dr. Kheira Yahiaoui, Maître de conférences à l’École Normale Supérieure d’Oran.

La présente contribution constitue une recherche linguistique portant sur les discours du réseau Twitter. A travers l’étude du hashtag, lieu de participation discursive, nous nous intéressons aux pratiques des twitteurs algériens. L’objectif est d’analyser d’une part, les pratiques langagières des internautes sur Twitter ; et voir d’autre part si ces pratiques dépendent de la nature, de la thématique et de la fonction du hashtag. L’analyse essaiera de répondre aux questions suivantes : Quel (s) genre (s) de pratiques discursives peuvent accompagner un hashtag ? La thématique du hashtag a-t-elle un impact sur la nature de ces pratiques ?  Quelle fonction occupe le hashtag dans la pratique discursive sur Twitter ?

Notre recherche, de type qualitatif, interroge les pratiques langagières où nous nous intéressons plus particulièrement à l’analyse des stratégies discursives mises en place par l’auteur afin de se conformer à la thématique du hashtag, mais aussi à la définition de la fonction du hashtag à travers l’analyse des messages qui y sont associés. 

l'intervention de Dr Kheira Yahiaoui débute à partir de 15:55.


Le conte populaire Amazigh en Tunisie. 
Cas d’étude : le conte des sept filles et de l’ogresse

Présenté par Pr. Mansour Ghaki, Directeur de recherche à l’Institut National de Patrimoine en Tunisie.

H. Stumme, linguiste allemand a publié en 1900 à Leipzig 24 contes de Tamazret (sud -est de la Tunisie), parmi lesquels : le conte des 7 filles et de l'ogresse.  C’est l’histoire d'un veuf, père de 7 filles, remarié et obligé par sa nouvelle femme à abandonner ses filles. La plus jeune se retrouve esclave chez une ogresse et son mari l'ogre.

l'intervention de Pr. Mansour Ghaki débute à partir de 36:22.


Rapport fragmenté de l’Homme à son espace. Etude sociolinguistique des lieux dits/vécus et perçus. Cas de la Casbah d’Alger.

Présenté par Dr. Réda Sebih, Maître de conférences à l’Université de Bouira.

Ma contribution à cette journée d’étude consacrée à « L’anthropologie linguistique de l’Afrique du nord » tentera de mettre l’accent sur le rapport des citadins à leur espace tel qu’il se dégage sous les outils d’étude de la sociolinguistique urbaine. 

Ce qui a animé ma motivation est un discours qu’on pourrait qualifier de « dédoublé » tenu par les Casbadjis et qui semble être contradictoire. Ce discours fait partie d’un corpus récolté lors des enquêtes de terrain que j’ai menées à la Casbah d’Alger, il s’avère que son contenu est particulièrement intéressant car il véhicule un rapport à l’espace qui est en lui-même pluriel : il reflète un vécu complexe. Ainsi, une analyse de ce discours pourrait révéler la nature de ce rapport « multiple » et les « mises en mots » qui le caractérisent.

En vue de concrétiser cette recherche, ma démarche sera pluridisciplinaire (je ferai appel à la géographie et la psychologie sociales) à l’image de mon enquête de terrain qui est basée sur plusieurs techniques (le questionnaire, les entretiens, le parcours commenté et le récit de vie sur carte géographique). 

l'intervention de Dr. Réda Sebih débute à partir de 01:01:55.


Les graffiti artistiques à Tizi-Ouzou : émergence d’un espace discursif

Présenté par Mr. Nacer Si HamdiMaître Assistant à l’Université d’Alger 2.

D’usage limité dans les pratiques linguistiques quotidiennes, l’alphabet tifinagh refait surface ces dernières années dans les espaces urbains de la ville de Tizi-Ouzou. Le tifinagh s’affiche donc sur les différents supports urbains et devient une marque et une particularité du graffiti artistique local. Une expression moderne et mobilisant essentiellement des jeunes appartenant à une culture urbaine universelle, répartis en microgroupes, se manifeste alors dans un système graphique ancien, voire antique. 

Quelles sont les raisons et les contextes de cette référence aux caractères tifinagh ? Leur usage dans le graffiti artistique répond-il à des normes ou conventions ? Quelles sont les fonctions attribuées aux caractères tifinagh au niveau local ? Telles sont les questions auxquelles tentera de répondre notre communication.

l'intervention de Mr. Nacer Si Hamdi débute à partir de 01:19:04.


La BD muette algérienne : une autre façon de s'exprimer

Présenté par Pr. Saad Eddine Fatmi de l’École Normale Supérieure d’Oran

D’une manière générale, la bande dessinée est un savant équilibre entre le texte et l’image. Parfois, le texte peut disparaitre laissant la part belle au dessin qui s’accapare de sa mission de communication en priorité. Notre objectif est d’aborder ce phénomène dans la BD algérienne des quarante dernières années. Nous nous interrogerons sur la place occupée par une BD dite muette.

Pour Groensteen, il n’existe aucun doute sur l’ancienneté de la B.D. muette : « La bande dessinée sans texte, entièrement silencieuse, existe depuis le XIXe siècle et connaît même une vogue particulière depuis quelques années. » Quant à Pomier, certaines formes de la B.D. peuvent se passer du texte à l’exemple du : « …strip, forme brève et qui permet donc d’être allusif… »

Les strips qui paraissaient dans les différents journaux algériens ne répondaient guère à cette vision puisque les textes ont, encore une fois, une présence accrue à l’intérieur des cases et où la lecture se fait obligatoirement de la première case jusqu’à la dernière. Des extraits seront présentés et analysés pour évaluer la portée graphique et aussi idéologique d’une BD alliant texte et image sans réelles instauration de codes réguliers. 

l'intervention de Pr. Saad Eddine Fatmi débute à partir de 01:34:56.


Les pratiques langagières à l’épreuve des mobilités sociales

Présenté par Dr. Karim Ouaras, Maître de conférences à l’Université d’Oran 2, chercheur associé au CRASC et Directeur adjoint du CEMA.
Ma communication s’insère dans un vaste projet de recherche qui se propose d’interroger le fonctionnement des langues vernaculaires dans le contexte urbain en prenant en compte leurs dimensions synchroniques et diachroniques. L’accent est mis sur le cas de la langue kabyle dans la ville d’Oran et son évolution à travers l’espace et le temps sans avoir la prétention de le faire dans une perspective globalisante. L’intérêt est donc porté sur le cas précis du parler des Kabyles des Ath Abbès, localité située su Sud de la vallée de la Soummam, Béjaïa, installés à Oran à partir de la fin du 19ème siècle. Ce parler régional sera traité dans sa dimension historique ancienne et dans ses ramifications actuelles. 
La migration des Ath Abbassiens intervient irréversiblement après l’insurrection d’El Mokrani en 1871, mais les populations de cette région d’Algérie étaient bel et bien préparées à ce grand départ, vu la famine qui prévalait dans cette contrée et l’intransigeance de l’administration coloniale au sujet de l’impôt de guerre. À cela s’ajoute le Décret Crémieux qui signa la volonté délibérée de la France coloniale de maintenir les Algériens dans un statut d’indigénat. Pour fuir cette atmosphère invivable et échapper à la déportation, les populations ne voyaient de salut que dans la migration qui les mènera indifféremment vers l’est et l’ouest du pays et vers les pays voisins et/ou les pays européens. Cette migration a pour corollaire une mobilité linguistique. Les deux ont généré des situations ethno-sociolinguistiques complexes par leurs composantes, leurs trajectoires et les enjeux actuels d’urbanisation et d’homogénéisation qui les guettent. 
Les objectifs de cette recherche consistent à retracer l’évolution du parler d’Ath Abbès à Oran, évaluer ses usages actuels et analyser les représentations sociolinguistiques des Ath Abbassiens. 

l'intervention de Dr. Karim Ouaras débute à partir de 01:49:46.

Ce podcast a été enregistré à l’occasion de la journée d’études « l’anthropologie des pratiques langagières dans le contexte maghrébin », qui a eu lieu le 5 mars 2019 au Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA)  Cette journée a été organisée par l’équipe de recherche Pratiques langagières et religieuses au Maghreb, dirigée par Dr. Karim Ouaras  Maître de conférences à l’Université d’Oran 2 et Directeur adjoint du CEMA, dans le cadre d’un programme de recherche en Sciences sociales soutenu par le CAORC et Carnegie Corporation of New York et réalisé par le CEMA et le CEMAT.

Cet episode s'inscrit dans le cadre du cycle de conférences « Langues et sociétés au Maghreb ».


Télécharger le Podcast: Feed / iTunes / Podbean

Nous remercions notre ami Ignacio Villalón, étudiant en master à l'EHESS, pour sa prestation à la guitare pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

Wednesday, 8 April 2020

Economic Justice and Global Political Trends: Framing the Fight over Populism

EPISODE 90

Economic Justice and Global Political Trends:
Framing the Fight over Populism


In this podcast, Dr. Shana Marshall frames global discussions on populist trends in the Middle East and North Africa. Dr. Marshall argues that populism is an articulation of global capitalism that is marked by an anti-elite sentiment and a class-based ideology. She considers that the rise of populism is due to the difficulty of dismantling the bureaucratic and professional structures that keep the “ultra-rich” protected. Dr. Marshall explains that, by putting the burden on the poor to change their situation rather than slowing  down the engine of accumulation, these structures recreate the conditions leading to populism.

Shana Marshall is Associate Director of the Institute for Middle East Studies and Assistant Research Faculty member at the George Washington University’s Elliott School of International Affairs.  She earned her PhD in International Relations and Comparative Politics of the Middle East at the University of Maryland in 2012. Her dissertation, “The New Politics of Patronage: The Arms Trade and Clientelism in the Arab World” (forthcoming, Columbia University Press) examines how Middle East governments use arms sales agreements to channel financial resources and economic privileges to domestic pro-regime elites.


This podcast is part of the Contemporary Thought series and was recorded on November 5,2019 at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT).


Download the Podcast: Feed / iTunes / Podbean

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

Wednesday, 1 April 2020

France's Shattered Empire: Fascism and Republicanism in Colonial Tunisia, 1931-1944

EPISODE 89

France's Shattered Empire: 

Fascism and Republicanism in Colonial Tunisia,  1931-1944


In this podcast, Luke Sebastian Scalone, Ph.D. candidate in the Department of History at Northeastern University, discusses his research project on “France's Shattered Empire: Fascism and Republicanism in Colonial Tunisia, 1931-1944.”

In the midst of the ideological upheaval of the global 1930s, fascist movements developed in countries as wide ranging as France, Romania, Spain, and Sweden.  However, European fascist movements did not limit their activities to Europe itself. Rather, they spread across colonial empires, establishing roots far from the centers of imperial metropoles. In this project, Luke Scalone examines the Fédération Tunisienne du Parti Populaire Français (PPF), an organization led by French settlers that could veritably be called “fascist,” in colonial Tunisia. Scalone argues that there were two mobilizing factors of the PPF in Tunisia: concerns about Italian fascist claims over Tunisia, and the rapid development of Habib Bourguiba’s Neo-Destour. These same concerns would, in 1940, push the colonial administration of Tunisia to rally to the pseudo-fascist Vichy France. Due to its opposition to Italian claims, the Fédération Tunisienne du PPF offers an interesting case study into two fascist movements who were combative against one another, suggesting that nationalism was a much stronger point of identification than shared fascist values.

This interview was led by CEMAT Associate Director, Dr. Meriem Guetat, and was recorded on July 16, 2019, at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT).


Download the Podcast: Feed / iTunes / Podbean

Posted by Hayet Lansari, Librarian, Outreach Coordinator, Content Curator (CEMA).

Monday, 30 March 2020

Rencontre autour de l’ouvrage : La scientificité de l’empirisme en sociologie

ÉPISODE 88 

RENCONTRE AUTOUR DE L'OUVRAGE: 

LA SCIENTIFICITÉ DE L'EMPIRISME EN SOCIOLOGIE


Cet ouvrage collectif, qui réunit plusieurs auteurs, est le résultat des actes d’une journée d’étude qui s’est tenue le 18 octobre 2015 à l’université de Bejaïa consacrée à La méthodologie : conceptions et pratiques et au cours de laquelle l’on a eu à débattre des différentes pratiques de la méthodologie. Les textes présentés ici ont fait corps d’idées débattues, proposées et parfois opposées, mettant au jour la diversité des paradigmes que pose la problématique de la recherche dans tous ses états : épistémologique, théorique et empirique. 

Les contributions des auteurs, au nombre de neuf, s’articulent en trois parties : la première traite de la problématisation de l’objet d’étude. La deuxième s’interroge sur l’expérimentation et la rationalité effective. La troisième se penche sur la pluralité des techniques et l’objectivité d’investigation.

Abdel-Halim Berretima est professeur de sociologie à l’Université de Bejaïa (Algérie) et membre associé de l’Institut interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, sciences sociales, politiques et santé (L’IRIS), EHESS, Paris. Fondateur du master sociologie de la santé et du doctorat sociologie de la santé et du travail à la faculté des Sciences humaines et sociales (Université de Bejaïa), ses recherches portent sur la santé publique, la santé au travail, l’immigration et la ville. 

Ont collaboré à ce volume: Abdel-Halim Berretima (Bejaïa), Jean-Yves Causer (Mulhouse), Gisèle Dambyant-Wargny (Paris), Gilles Ferréol (Besançon), Rachid Hamadouche (Alger), Smaïn Laacher (Strasbourg), Abdelkader Lakjaa (Oran), Madani Safar Zitoun (Alger), Tassadit Yacine (Paris).

Cette rencontre a été organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 20 février 2020 au CEMA, Oran. Pr. Abdelkader Lakjaa, Sociologue à l'Université d'Oran 2 a modéré le débat.


Téléchargez le Podcast:  Feed  iTunes / Podbean

Nous remercions Dr. Jonathan Glasser, anthropologue culturel au College of William & Mary, pour son istikhbar in sika à l'alto pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

All Podcasts