Search This Blog

Translate

Facebook

Thursday, 17 May 2018

Ce que je dois au désert

Épisode 35

Ce que je dois au désert


Aride dans sa topographie, hostile dans ses fureurs climatiques, le désert est, paradoxalement, une inépuisable source de spiritualité, un incomparable lieu de fécondité intellectuelle. Épreuve pour le corps, il est exercise pour l'esprit. Écrasant l'un pour mieux élever l'autre, il nous rapproche du vrai sens de l'humaine. Pour Farida Sellal, le désert, le nôtre, n'est pas une expérience vide, il déploie sous nos yeux et nos pas un immense espace culturel et spirituel.

Dans cet épisode, Dr. Farida Sellal, physicienne, écrivaine et présidente de l'association « Sauvez l'Imzad », parle de son dernier ouvrage, Nomade (Éditions Casbah, 2017) et de ce que représente le désert pour elle.

La conférence de Dr. Farida Sellal est programmée dans le cadre du cycles des conférences « Études Sahariennes », organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 28 février 2018 à Oran, Algérie. Dr. Ourida Nekkache, auteur et enseignante à l'Université des Sciences et de la Technologie d'Oran (USTO) a présenté l'ouvrage Nomade. Dr. Karim Ouaras, sociolinguiste à l'Université de Mostaganem, chercheur associé au Centre de Recherches en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC) et directeur adjoint du CEMA, a modéré le débat.



Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

Nous remercions Alamin khoulen, Nighat El Hoceyni et Seddik Khetali de l'association « Sauvez l'Imzad » pour leur prélude d'Imzad.

Seddik Khetali nous a quitté le 14 mai 2018. Le staff du CEMA présente ses sincères condoléances à sa famille et à ses amis.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

Thursday, 10 May 2018

Recompositions et métissages religieux : Les années 1980, une rupture ?

Épisode 34

Recompositions et métissages religieux : 

Les années 1980, une rupture ?



En Algérie, au Maghreb et de manière générale dans le monde de l'Islam, les changements dans les pratiques et les discours relatifs au religieux ont pu être remarqués à différents niveaux et depuis longtemps déjà. Les années 1980 ont exacerbé certains traits, devenus plus manifestes au point de s'imposer dans le paysage quotidien. Le vêtement, le parler et bien d'autres aspects ont pu être recomposés selon des modèles souvent légitimés par la référence religieux. 

Dans cet épisode, Pr. Abderrahmane Moussaoui, professeur d'anthropologie à l'Université de Lyon 2, explore comment en quelques années des conduites et des manières d'être ont pu à ce point se transformer. C'est ce questionnement qui a servi de toile fond au travail mené depuis quelques années sur ces recompositions du religieux.

La conférence de Pr. Abderrahmane Moussaoui est programmée dans le cadre du cycles des conférences « Société et Politique au Maghreb », organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 18 mars 2018 à Oran, Algérie. Pr. Abdelkader Lakjâa, sociologue au département de sociologie et d'anthropologie à l'Université d'Oran 2, a modéré le débat.



Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

Nous remercions notre ami Mohammed Boukhoudmi pour son interpretation de l'extrait de nouba, "Dziriya," par Dr. Noureddine Saoudi pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

Wednesday, 2 May 2018

Mouvements sociaux en Tunisie

Épisode 33

Mouvements sociaux en Tunisie




Dans ce podcast, Pr. Mohamed Kerrou, professeur des sciences politiques à la Faculté de Droit et de Sciences Politiques à l'Université de Tunis El-Manar, parle de ses recherches sur les mouvements sociaux en Tunisie après la révolution de du 14 janvier 2011. 

Focalisant sur les mouvements tels que Fech Nestanaw, Winou el Petrol, Manish M'sameh, Pr. Kerrou montre que les nouveaux mouvements sociaux en Tunisie sont très différents des mouvements nationalistes et syndicaux du passé. Ils se démarquent de ces anciens mouvements par la composante de leurs militants, leurs demandes spécifiques, leur visibilité sur le terrain, et leur présence sur les médias sociaux. Pr. Kerrou souligne qu'ils ne cherchent pas à s'emparer du pouvoir, mais à changer radicalement le rapport entre le citoyen et l'Etat.

Dans ce podcast, Dr. Meriem Guetat, Directrice adjointe du Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT) s'entretient avec Pr. Kerrou à propos de ses récentes recherches sur les mouvements sociaux. Cet épisode a été enregistré le 21 février 2018 au Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT) et s'inscrit dans le cadre du cycle des conferences Pensées contemporaines.



Téléchargez le Podcast:  Feed iTunes / Podbean

Nous remercions Emna Ben Issa et Bassem Zribi de l'Institut Supérieur de Musique à Tunis d'avoir bien accepté d'interpréter Bani Watani pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Thursday, 26 April 2018

Rencontre littéraire avec Amara Lakhous


Épisode 32

Rencontre littéraire avec Amara Lakhous


Rencontre littéraire autour des romans d'Amara Lakhous, Choc des civilisations pour un ascenseur Piazza Vittorio, et Divorce à la musulmane à Viale Marconi, animée par Dr. Karim Ouaras, sociolinguiste à l'Université de Mostaganem, chercheur associé au Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC) et directeur adjoint du Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). 

Cette rencontre est programmé dans le cadre du Cycle des conférences Arts et Lettres au Maghreb, organisé le 20 février 2018 au CEMA, à Oran.


L'auteur



Dans ce podcast, l’auteur Amara Lakhous revient sur son parcours atypique, son écriture hors normes et ses aventures linguistiques.  Amara, faut-il le rappeler, est un écrivain algérien d’expression italienne. Il est né à Alger en 1970, vit à Rome depuis 1995. Il est journaliste, anthropologue et romancier. Il a obtenu une licence en Philosophie à l’Université d’Alger. Il obtient une maîtrise et un doctorat en anthropologie à Sapienza - Università di Roma. Il est venu à la littérature par la lecture, entre autres, de Madame Bovary de Flaubert et par le biais du cinéma italien.



Parmi ces publications, l’on peut citer :

-       Choc des civilisations pour un ascenseur à piazza Vittorio (Éditions Barzakh 2008)
-       Divorce à la musulmane à Viale Marconi (Éditions Barzakh 2012)
-       L’Affaire de la pucelle de la rue Ormea (Éditions Barzakh 2017)

L’accent sera mis dans ce podcast sur deux de ses romans, Choc des civilisations pour un ascenseur à piazza Vittorio et Divorce à la musulmane à Viale Marconi. 

Le premier roman a eu un succès foudroyant, couronné par le prix international Flaiano 2006 qu’il partage avec l’œuvre de l’écrivain espagnol Enrique Vila Matas. L’histoire de cette comédie policière se déroule dans un immeuble de Piazza Vittorio, un quartier multi-ethnique de la capitale italienne, Rome. L’histoire s’articule autour d’un ascenseur qui devient une scène sur laquelle les identités, les cultures, les religions et les classes sociales se côtoient, se frottent et se confrontent. C’est un vrai patchwork migratoire qui met en relief la peur de l’Autre et l’impossibilité du vivre ensemble. Ce roman, nourri de réflexions anthropologiques et historiques, donne à réfléchir sérieusement sur la question épineuse de l’émigration/immigration. C’est une comédie sociale où le drame et l’humour font bon ménage.

Le second roman a d’abord été écrit en arabe, paru chez les éditions Ikhtilef en 2010, sous le titre El qahira assaghira, puis réécrit en italien. Il sera traduit en langue française par Elise Gruau et co-édité, par les éditions Barzakh et Actes Sud, en 2012

Ce roman se veut un clin d’œil au film italien culte Divorce à l’italienne de Pietro Germi. Il est miné de sous-intrigues et de tensions. Amara Lakhous met en avant une satire sociale et une vision critique du phénomène de l’émigration/immigration. C’est aussi un roman très dense et très profond dans le sens où il interroge les archaïsmes religieux (entre autres, l’excision), les préjugés et les stéréotypes de tout bord. Il revient longuement sur la question du mariage et du divorce dans la tradition musulmane, le terrorisme, les discours médiatiques, l’hypocrisie des uns et des autres. 

C’est un regard sans concession à la fois sur les migrants musulmans et les occidentaux. En dénonçant les injustices et les inégalités, l’auteur a essayé tout au long de son roman, de défaire les préjugés au sujet des migrants et des musulmans. 



Téléchargez le Podcast: Feed / iTunes / Podbean

Nous remercions Dr. Jonathan Glasser, anthropologue culturel au College of William & Mary, pour son istikhbar in sika à l'alto pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Réalisation et montage: Hayet Lansari, Bibliothécaire / Chargée de la diffusion des activités scientifiques (CEMA). 

Tuesday, 17 April 2018

31 : Oran et ses expressions culturelles

Épisode 31 

Oran et ses expressions culturelles

Dans ce PodcastPr. Hadj Miliani s’entretient avec Dr. Karim Ouaras sur la ville d’Oran et ses expressions culturelles à l’ère contemporaine. Le numéro 31 que prend cet épisode renvoie au code de la wilaya d’Oran et le choix de le consacrer à cette ville n’est pas anodin. Il nous a paru judicieux de nous pencher ici sur le champ culturel oranais et de solliciter Pr. Hadj Miliani pour en parler. Ce podcast se veut donc un aperçu chargé de renseignements et de détails précieux sur l’histoire de la ville d’Oran, ses populations, ses cultures et ses lieux de sociabilité.   

Pr. Hadj Miliani est professeur de littérature à l'Université de Mostaganem,  chercheur associé au Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC) à Oran, membre du conseil scientifique du CEMAfondateur et animateur du Ciné-Pop d'Oran (1973-1987), membre du collectif de la revue Voix-Multiples (1981-1989), Commissaire du Festival du Raï (2006-2007), responsable du pôle Ouest de l'École Doctorale Algéro-Française de Français (2004-2012), et responsable de la partie algérienne du réseau Langue Française et Expressions Francophones 2017.

Pr. Hadj Miliani travaille notamment sur le champ littéraire algérien et ses diverses expressions. Parmi ses centres d’intérêt, l’on peut citer sans être exhaustif : littératures et sociétés en Algérie et au Maghreb ; littératures orales et expressions populaires ; anthropologie des pratiques culturelles, culturalité et interculturalités ; théories théâtrales et théorie de la littérature, analyse du discours médiatique, et édition et lecture en Algérie. Ces différentes thématiques sont au centre de sa réflexion et production scientifiques.




Téléchargez le Podcast:  Feed / iTunes / Podbean

Musique et paroles : Bakhta, une chanson inspirée de la poésie du maître du Melhun, Abdelkader El Khaldi, interprétée par Cheb Khaled.

Wednesday, 4 April 2018

La carte archéologique de la région de Sétif

Épisode 30

La carte archéologique de la région de Sétif

Dans ce podcast, Pr. Youcef Aibeche, professeur d'histoire antique à l'Université de Sétif 2, explique à travers quelques exemples de l’arrière- pays de Cuicul et de Sitifis, que l’élaboration d’une carte archéologique exige une large collecte des données archéologiques, historiques et géographiques et leur intégration dans une approche spatiale, afin de saisir différents aspects de l’occupation du sol. L’aspect rural de la région Sétifienne, lui donne une importance particulière, non seulement à travers ces vestiges archéologiques, mais en fonction de ses Gens et agglomérations, et aux rapports qu’elles auraient entretenus en matière de production et de commerce durant l’Antiquité.

Par ailleurs, les limites de la documentation historique nous oblige à entrevoir une approche spatiale et cartographique, et tenter de reconsidérer cette région dans sa continuité historique. Le choix de l’approche cartographique n’est pas une fin en soi, Pr. Aibeche explique : Il répond à un souci d’introduire le territoire comme un élément de réflexion, et de chercher les explications dans les caractères physiques du milieu dans lequel l’occupation humaine s’est effectuée. Toutefois, la mise en place d’un SIG, s’avère une aventure qui soulève plusieurs difficultés à caractère historique, archéologique et logistique:

  • Délimiter le champ du travail et faire les choix thématiques nécessaires, s’agit-il de présenter la wilaya de Sétif ? la Maurétanie Sitifienne ? ou une région plus vaste, afin de se donner la possibilité d’une analyse plus large.
  • Définir le cadrage chronologique. S’agit-il de dresser une carte de l’antiquité et omettre les sites préhistoriques, ou même médiévaux ?
  • Identifier un point archéologique, en absence de textes épigraphiques, ou de document historique. Le ramassage de surface, notamment de la céramique ne peut éclairer qu'une partie de son occupation. 
  • Etablir un état de conservation de nos sites : L’expansion rapide de l’urbanisation des villes et campagnes, devient le facteur principal de la disparition des vestiges et sites archéologiques. Le rythme de l’urbanisation et l’absence d’une politique de suivi minutieux, font perdre à notre pays de grandes quantités d’informations qui peuvent alimenter le débat historique.

Pr. Aibeche est professeur d’histoire antique à l’Université de Sétif 2 et Vice-recteur de la post-graduation et de la recherche. Spécialiste de l’Antiquité tardive, il consacre ses recherches à la transition de l’Antiquité au Moyen-âge au Maghreb. Responsable de la carte archéologique de la région sétifienne qui englobe l’ancienne Maurétanie sétifienne, le Hodna et la partie ouest de la Numidie, il est également co-directeur du Programme de recherche archéologique de Lambèse (Ministère de la culture algérien, CNRS-ENS) depuis 2014 et chercheur associé au Centre National de Recherche en Archéologie (CNRA). Il dirige aussi le projet de recherche du site antique de Milev et collabore à différentes fouilles notamment celle du site préhistorique de Ain el Hennech, Sétif.

La conférence de Pr. Youcef Aibeche est programmée dans le cadre du cycles de conférences «Histoire du Maghreb / Histoire au Maghreb», organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 30 janvier 2018 à Oran, Algérie. Dr. Saddek Benkada, historien, maître de recherche au Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC), et membre du Conseil Scientifique du CEMA a modéré cet évènement.


Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

Nous remercions Dr. Jonathan Glasser, anthropologue culturel au College of William & Mary, pour son istikhbar in sika à l'alto pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Wednesday, 28 March 2018

Interview with Max Ajl

Episode 29

Interview with Max Ajl:
The Social Origins of Development and Underdevelopment
in Tunisia

Max Ajl is a doctoral student in the Department of Development Sociology at Cornell University, and will graduate in late Spring 2018. His work focuses on and contributes to the study of historical sociology, environmental justice, agrarian change, planning, and heterodox Arab / North African social thought. His research is focused on the MENA region, with a particular focus on Tunisia. His work has been published widely, including in Historical MaterialismReview of African Political Economy, Middle East Report, and popular publications like teleSUR. He is an editor at Jadaliyya and Viewpoint.

In this podcast, CEMAT Director, Dr. Laryssa Chomiak, interviews Max Ajl on his dissertation research. His dissertation analyses the social origins of development and underdevelopment in Tunisia by analyzing both the liberation struggle and post-colonial planning using a global history approach. It looks at planning as pivot in order to understand the various local, regional, and national forces at play which led to Tunisia's current state of underdevelopment. It focuses on the agricultural sector and analyses successive development plans from the perspective of the rural world.

This podcast is part of the Contemporary Through Series, and was recorded at the Centre d'Études Maghrébines à Tunis (CEMAT), on 6 March 2018, in Tunis, Tunisia.



Download the Podcast:  Feed iTunes / Podbean

We thank the duo Ÿuma for use of their song, "Hleli," from their album Ghbar Njoum for the introduction and conclusion of this podcast.


Wednesday, 21 March 2018

Sub-Saharan Migrant Networks in Tangier

Episode 28

Sub-Saharan Migrant Networks in Tangier


In this episode, Fulbright scholar Sam Metz (University of California Berkeley), speaks with John Davison, Director of the Tangier American Legation Institute for Moroccan Studies (TALIM) to share some of the findings of his current research, "Spreading Awareness or Stealing Stories? How sub-Saharan Migrant Networks in Tangier Perceive and Act Toward Outsiders." Having spent the final months of his fellowship in the peripheral Tangier neighborhood of Masnana, living with migrant communities, Sam offers unique insights into this timely and important theme. 

Sam Metz is a reporter currently based in California who spent a year and a half in Morocco as a Fulbright Scholar, researching sub-Saharan migrant communities living on the outskirts of Tangier. He has reported freelance for outlets like JadaliyyaQuartz, and VICE News, and worked as a consultant for International Organization for Migration, the UN's migration agency.

This Podcast was recorded at the Tangier American Legation for Moroccan Studies on the 15th of December 2017.



Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

Wednesday, 14 March 2018

Rencontre littéraire avec Amina Mekahli: Nomade brûlant, un roman

Episode 27

Nomade brûlant, un roman





Rencontre littéraire autour du dernier roman d'Amina Mekahli, Nomade brûlant, animée par l'écrivaine Maïssa Bey.

Cette rencontre est programmé dans le cadre du Cycle des conférences Arts et Lettres au Maghreb, organisé le 13 février 2018 au Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA), à Oran.






L'Auteure


Passionnée par la littérature, Amina Mekahli a écrit de la poésie depuis son jeune âge. Son premier recueil de poésie, Tiaret, Chevaux & Légendes, a été co-signé avec le photographe Nacer Ouadahi en 2015 (Alger: ANEP). La collection comprend une soixantaine de poèmes et cinq contes populaires sur les chevaux de la région de Tiaret, très connue pour ses traditions équestres. En 2016, elle publie son premier roman, Le Secret de laGirelle, œuvre consacrée à l'art et à la peinture (Alger: ANEP), nominée pour le Grand Prix Assia Djebar du roman, cette année-là. Son deuxième roman, Nomade Brûlant, sorti en automne 2017 (Alger: ANEP), a été également nominé pour le Grand Prix Assia Djebar du roman. En 2017, elle a été primée à du deuxième Prix International de Poésie L. S. Senghor (Milan, Italie) pour le poème « Je suis de vous », extrait de son roman Nomade Brûlant. Amina Mekahli publie régulièrement ses poèmes et ses écrits sur son website ainsi que la page Lisez Algerien. sur Facebook. Elle édite également une section littéraire, "Invitation en Auteur" dans le journal numérique, Le Journal  de l’Oranais.


La Modératrice


Auteur de seize textes littéraires, dont la prose, la poésie et le théâtre, Maïssa Bey est une écrivaine algérienne de renommée internationale. Son premier roman, Nouvelles d’Algérie (Paris: Éditions Grasset), a remporté le Grand Prix de littérature de la Société des gens de lettres, en 1998. Son deuxième roman, Cette fille-là (Paris: Éditions de l'Aube), a reçu le Prix Marguerite Audoux, en 2001. D’autres prix lui ont été décernés : le Prix Cybèle pour Surtout ne te retourne pas (Alger: Barzakh), en 2005, le Grand Prix du roman francophone 2008 pour Pierre, Sang, Papier ou Cendre (Alger: Barzakh), en 2008 et le Prix de l'Afrique, Méditerranée / Maghreb pour Puisque mon coeur est mort (Éditions de l'Aube). Son dernier roman, Hiyza (Alger: Barzakh) a été nominé pour le Grand Prix Assia Djebbar du roman, en 2015, et a reçu le Prix Ahmed Baba en 2017.



Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

Nous remercions Dr. Tamara Turner, Ethnomusicologue et chercheure à Max Planck Institute for Human Development, Center for the History of Emotions pour son interprétation de Sidna Boulal du répertoire Hausa du Diwan (Hausa Sug).

Wednesday, 7 March 2018

Être femme dans l'Afrique du Nord ancienne

Episode 26

Être femme dans l'Afrique du Nord ancienne


Pr. Nacéra Benseddik examine, dans ce podcast, la place et le rôle des femmes dans l'Afrique du Nord ancienne. Des bribes sont réservées aux femmes berbères par les auteurs grecs et latins qui, à partir du Ve siècle av. J.-C., mentionnent les peuples de l'Afrique du Nord. De quels outils dispose l'historien pour suivre l'évolution des Africaines à l'époque romaine ? Cris ou chuchotements dans des textes littéraires ou juridiques, tous écrits par des hommes, d'innombrables mais partiales et fragmentaires inscriptions latines, images endormies dans le sol africain.

Pr. Nacéra Benseddik est historienne de l'Afrique du Nord antique, épigraphiste, et archéologue, Docteur de IIIe cycle en Histoire ancienne et épigraphie latine (Université de Paris X-Nanterre, 1977) et Docteur d'État (Université de Paris IV-Sorbonne, 1995). Elle prépare, dans le cadre du Centre de Recherches en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC), une monographe historique et archéologique d'Icosim-Icosium (Alger).

La conférence de Pr. Nacéra Benseddik est programmée dans le cadre du cycles de conférences «Histoire du Maghreb / Histoire au Maghreb», organisé par le Centre d'Études Maghrébines en Algérie (CEMA). Elle a eu lieu le 23 janvier 2018 à Oran, Algérie. Dr. Karim Ouaras, Sociolinguiste à l'Université de Mostaganem, chercheur associé au CRASC, et Directeur-Adjoint du CEMA a modéré cet évènement.



Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

Nous remercions notre ami Mohammed Boukhoudmi pour son interpretation de l'extrait de nouba, "Dziriya," par Dr. Noureddine Saoudi pour l'introduction et la conclusion de ce podcast.

Monday, 26 February 2018

Trade Unions, Armed Resistance, and the Struggle for Independence in Tunisia: Unlikely Alliances and Contested Nationalism in the Gafsa Mining Basin, 1947-1963

Episode 25

Trade Unions, Armed Resistance, and the Struggle for Independence in Tunisia: Unlikely Alliances and Contested Nationalism in the Gafsa Mining Basin, 1947-1963

In this podcast, Rebecca Gruskin, Ph.D. Candidate in History at Stanford University, proposes a re-evaluation of the Tunisian nationalist movement in the 1940s-1950s, by decentering Tunis, and instead focusing on the alliances and contestations that undergirded anti-colonial resistance in the Gafsa phosphate-mining basin. She argues that Tunisia's independence from France was not an event but a process – one in which the construction of the nation and the meaning of sovereignty were hotly contested by a wide variety of actors throughout the 1950s, even (and especially after) formal independence was achieved on March 20, 1956. These contestations were especially visible in Gafsa because of the ways in which French economic and security imperatives intersected in this particular location. During this podcast, Gruskin tells the story of organized labor's collaboration in Gafsa with the armed resistance to French colonial rule in both Tunisia and Algeria. Specifically, she shows how local actors in Gafsa were not bound within the confines of Tunisia's borders but were instead situated within the context of transnational, Afro-Asian anti-colonial movements more broadly. She also explores how local actors in Gafsa imagined alternate possibilities for post-independence Tunisia, possibilities that played a decisive role in the 1950s even as it became clear, by the early 1960s, that they would not materialize. Gruskin’s research is based on extensive archival research in both Tunisia and France and on oral historical interviews.

The lecture was presented at the Gafsa in Past and Present Symposium, organized at the Centre d’Études Maghrébines à Tunis (CEMAT), in Tunis, Tunisia, on 23 October 2017.




Téléchargez le Podcast:  Feed  / iTunes / Podbean

We thank Bendir Man for use of his song, 'Redeyef.' 

All Podcasts